Les meilleurs couteaux Santoku pour tout couper en un éclair

couteau santoku

Pour vos légumes, viandes et poissons, avoir sous la main un couteau aiguisé est primordial. Problème, les modèles classiques ont bien du mal à remplir ce critère. Alors abandonnez-les sans regrets pour le couteau Santoku. Ce couvert japonais traditionnel se démarque par sa lame ultra aiguisée. Pas très étonnant quand on sait qu’il s’inspire des katanas des guerriers Samouraï. Avec lui, couper n’est plus une corvée, peu importe l’aliment. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il se traduit en français par “les 3 dimensions”, soit la viande, le poisson et les légumes. Un couteau japonais multifonction à découvrir grâce à notre sélection. 

 

Pourquoi acheter un couteau Santoku ?

 

Si vous aimez cuisiner, vous savez qu’investir dans du matériel de qualité est indispensable. Et dans la famille des couteaux, le Santoku fait clairement figure de favori. Qu’il s’agisse d’émincer, hacher ou trancher, il maîtrise l’ensemble des techniques de coupe. Une efficacité garantie par sa lame vraiment aiguisée. Plébiscité par les professionnels, ce bijou excelle dans la découpe très fine des aliments. Même les plus mous d’entre eux ne s’affaissent pas, une vraie bonne nouvelle pour vos juliennes de légumes. 

 

Au-delà de vos tomates et autres carottes, ce couteau japonais tranche à peu près tous les aliments que vous souhaitez, en particulier la viande et le poisson qui vous donnent souvent du fil à retordre. Imaginé dans des matériaux de qualité, il vous suivra de nombreuses années à travers vos aventures culinaires. C’est votre porte-monnaie qui vous dit merci ! 

 

Quels sont les critères à prendre en compte lors de l’achat d’un couteau Santoku ? 

 

Les couteaux Santoku, il en existe une multitude de déclinaisons. Alors pour trouver ceux faits pour vous, soyez attentives à certaines caractéristiques. La lame déjà. Selon les modèles, sa longueur varie de 14 à 20 cm. A vous de la sélectionner en fonction des aliments les plus présents dans vos repas. Son poids est aussi à prendre en compte, surtout si vous aimez les longues séances de découpe. La plupart de ces couteaux japonais s’imaginent en acier au carbone, comme dans la tradition, ou en acier inoxydable. Le premier matériau peut rouiller, faites donc attention à bien l’essuyer. Autre élément de distinction, l’alvéolage ou non de la lame. La différence ? Dans le premier cas, les aliments se décollent plus facilement grâce à ces petites cavités. Pratique quand vous découpez finement. 

 

Second élément à ne pas négliger, le manche. Il peut prendre sans surprise différentes formes. A savoir, ronde comme dans la tradition, ergonomique avec une prise en main optimale, ou asymétrique pour s’adapter aux droitiers ou gauchers. Vous aurez également le choix entre plusieurs matériaux comme le bois, l’acier ou le plastique. Si vous voulez obtenir un couteau équilibré, ce manche doit parfaitement s’adapter à la lame. Il arrive ainsi qu’il soit creux, ou au contraire plein. Face aux multiples possibilités, posséder plusieurs modèles de Santoku est donc une bonne option pour les cuisines addict que vous êtes.

 

Les meilleurs couteaux Santoku

  • Le couteau Santoku — Imarku
  • Le couteau japonais — Shan Zu
  • Le couteau “les 3 dimensions” — Airena
  • Le trio de couteaux japonais — Kai
  • Le couteau Santoku — Tefal
  • La pierre à aiguiser — Shan Zu
1/6

Le couteau Santoku — Imarku

Amazon

Acheter sur Amazon

Le manche pensé en bois pakka respecte la tradition japonaise des couteaux Santoku. 

Pourquoi on l’aime ? 

  • Avec son acier inoxydable, impossible que le couteau Santoku rouille. Il conserve même son éclat pour rayonner dans votre cuisine. 
  • Sa lame aiguisée de 17 cm est là pour tailler vos aliments sans effort, y compris les grosses pièces. 
  • Il s’imagine avec des petits bords creux qui empêchent les aliments de coller. Vous pouvez ainsi enchaîner rapidement les découpes. 
  • L’accent est mis sur la maniabilité avec un manche ergonomique en bois de pakka. Un confort permettant de cuisiner pendant des heures sans douleur. 
  • Ce couteau japonais convient aussi bien aux droitiers qu’aux gauchers. 

Informations pratiques:

  • Matériau de la lame : acier inoxydable ;
  • Matériau du manche : bois de pakka ; 
  • Longueur de la lame : 17 cm ; 
  • Epaisseur de la lame : 2,5 cm ;
  • Angle de coupe : 15-18°
  • Lame alvéolée ; 
  • Lavage à la main obligatoire.
2/6

Le couteau japonais — Shan Zu

Amazon

Acheter sur Amazon

Qu’il soit aspergé d’eau, soumis à des températures élevées ou régulièrement cogné, le manche G10 n’aura pas une égratignure.

Pourquoi on l’aime ? 

  • Longue de 18 cm, la lame vous permet de venir à bout de beaux morceaux de viande ou de poisson. 
  • Grâce à ses alvéoles, les aliments ne resteront pas accrochés à la lame. 
  • Le couteau est forgé à partir de pas moins de 67 couches d’acier inoxydable. Les risques de corrosion et d’usure sont ainsi limités au maximum. Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous ne risquez pas de le casser. 
  • Ultra travaillé, le motif sur la lame lui ajoute un supplément de style. Parfait pour une séance de découpe devant les invités. 
  • Le manche ergonomique en fibre de verre G10 est plus solide et confortable qu’une version en bois classique. Autre atout, il est antidérapant, imperméable et résistant à la chaleur. Si avec ça, vous arrivez à l’endommager, n’approchez plus de la cuisine. 

Informations pratiques

  • Matériau de la lame : 67 couches d’acier inoxydable ;
  • Matériau du manche : fibre de verre G10 ; 
  • Longueur de la lame : 18 cm ; 
  • Epaisseur de la lame : 2 cm ;
  • Angle de coupe : 15° ;
  • Lame alvéolée ; 
  • Doit être lavé à la main.
3/6

Le couteau “les 3 dimensions” — Airena

Amazon

Acheter sur Amazon

Les dessins sur la lame de ce couteau Santoku le rendent plus stylé que jamais.

Pourquoi on l’aime ? 

  • La qualité allemande s’invite dans la conception de la lame du couteau. L’acier inoxydable venu d’Outre-Rhin propose ainsi un tranchant de haute qualité. Aucune carotte ou longe de bœuf ne vous résistera. 
  • Semblable à l’écorce du bois, peut-être celui de son manche, le Santoku dévoile une lame élégante et originale. 
  • Le manche en bois de pakka justement succombe à la tradition. Ergonomique, il est parfait pour une utilisation longue durée tout en confort et praticité. 
  • Coupez les aliments qui vous font saliver en un instant avec sa longue lame de 17 cm. 

Informations pratiques

  • Matériau de la lame : acier inoxydable allemand ;
  • Matériau du manche : bois de pakka ; 
  • Longueur de la lame : 17 cm ; 
  • Angle de coupe : 16-18° ;
  • Poids : 200 g ;
  • Lame alvéolée ; 
  • Le laver à la main.
4/6

Le trio de couteaux japonais — Kai

Amazon

Acheter sur Amazon

Et de trois pour le prix d’un ! Ce pack propose trois couteaux, un Santoku, un d’office et un classique.

Pourquoi on l’aime ?

  • C’est à partir d’acier inoxydable que sont fabriquées les lames de ce trio de choc. Un matériau plébiscité pour sa résistance à la corrosion et sa solidité. 
  • Les lames tranchantes s’associent à des manches en résine mat imperméable et chic.
  • Peu commun, la lame du couteau Santoku mesure 20 cm. Couper une entrecôte devient facile avec cette taille XXL. 
  • La lame de chaque couteau n’est pas insérée mais fixée au manche. Résultat, pas de risque qu’elle se détache ni que la saleté s’accumule. 
  • Si les couteaux classique et Santoku n’ont plus de secrets pour vous, celui d’office est peut-être plus mystérieux. Le plus petit des couteaux du trio est hyper polyvalent et complète le reste de la panoplie. 

Informations pratiques

  • Matériau des lames : acier inoxydable ;
  • Matériau des manches : résine mat ; 
  • Longueur de la lame du Santoku : 20 cm ; 
  • Longueur de la lame du couteau classique : 15 cm ;
  • Longueur de la lame du couteau d’office : 10 cm ;
  • Trio à laver à la main.
5/6

Le couteau Santoku — Tefal

Amazon

Acheter sur Amazon

Alerte blizzard, la lame de ce couteau japonais a été refroidie à — 120° afin de booster les performances de coupe.

Pourquoi on l’aime ?

  • Une lame acérée, c’est ce que propose ce couteau Santoku. L’acier inoxydable cryogénisé à — 120° apporte robustesse et tranchant, sans compter la résistance à la rouille maximisée. 
  • Son design sobre se fond dans n’importe quelle batterie de cuisine. 
  • Vous retrouvez un manche ergonomique dont le confort n’est plus à démontrer.
  • Vous n’aurez plus de difficultés à trancher vos poissons puisque sa lame atteint la jolie longueur de 18 cm. 
  • Ne vous embêtez pas à le nettoyer à la main, un passage au lave-vaisselle suffit. 

Informations pratiques

  • Matériau de la lame : acier inoxydable refroidi à — 120° ;
  • Manche ergonomique ; 
  • Longueur de la lame : 18 cm ; 
  • Nettoyage au lave-vaisselle possible.
6/6

La pierre à aiguiser — Shan Zu

Amazon

Acheter sur Amazon

Pour conserver l’aspect tranchant des couteaux Santoku, les aiguiser régulièrement avec cette pierre est obligatoire.

Pourquoi on l’aime ?

  • Double face, elle s’adapte à vos besoins.
  • D’un côté, le grain 1000 (grossier) rend toute leur netteté aux bords de la lame. C’est la solution à privilégier si vous voulez les affûter sans attendre.
  • De l’autre, le grain 600 (fin) travaille plus en finesse. Il polit et assure la finition des bords. 
  • Quel que soit le type de lame, la pierre redonne sa vigueur d’antan à votre couteau japonais.

Informations pratiques

  • Première face : Gros grain 1000 ;
  • Seconde face : Grain fin 600 ;
  • Dimensions : 20L x 6l x 2,8H cm ;
  • Poids : 998 g ;
  • Convient à l’ensemble des lames. 

Добавить комментарий

Ваш адрес email не будет опубликован. Обязательные поля помечены *